Skip to content

Antihistaminiques naturels : quels sont les meilleurs ?

🕐 : 12 minutes

Sommaire

Table des contenus

Points clés

  • L’allergie est une pathologie fréquente.
  • Elle peut être saisonnière ou régulière, respiratoire, alimentaire ou cutanée.
  • Pesante au quotidien et parfois grave, l’allergie doit être traitée.
  • Son traitement passe par l’éviction des allergènes, des traitements antihistaminiques et/ou la désensibilisation progressive.
  • Certains compléments alimentaires et plantes présentent une alternative naturelle à la prise d’antihistaminiques chimiques.

C’est malheureusement le même manège tous les ans : les allergies font leur grand retour avec l’arrivée du Printemps !

Avec leurs symptômes plus ou moins graves, les allergies affectent de nombreux français.

Si les traitements classiques reposent essentiellement sur la prise de médicaments antihistaminiques et l’éviction des allergènes, il est également possible de se tourner vers des solutions plus naturelles  pour se débarrasser de certains symptômes, voire de l’allergie dans son entièreté.

Voici quels sont les meilleurs antihistaminiques et traitements naturels et comment les utiliser.

Rappels : à quoi sont dues les réactions allergiques ?

Une allergie est une exagération de votre système immunitaire face à un antigène

Lorsque votre organisme est exposé à des substances allergènes par inhalation, contact ou ingestion, votre système immunitaire réagit. C’est une réaction parfaitement naturelle.

Comme les virus ou les bactéries, le système immunitaire perçoit les allergènes tel un danger potentiel.

Si vous êtes sensibilisé à un allergène après une première exposition, de nouvelles expositions peuvent conduire à une forte réaction allergique les fois suivantes.

L’organisme produit alors des anticorps qui libèrent une molécule nommée l’histamine. Cette molécule cause différents symptômes : éternuement, écoulement nasal, conjonctivite, rhume des foins, rhinite, difficultés respiratoires, asthme, démangeaisons, eczéma…

Pour vulgariser, la réaction de votre corps lors d’une allergie est une exagération du système immunitaire, provoquant une réaction inflammatoire excessive et inadaptée suite à l’exposition aux substances allergènes.

Plusieurs types de facteurs engendrent des risques d’allergies, notamment les prédispositions génétiques comme l’hérédité et les terrains dits atopiques, mais aussi certains facteurs environnementaux ou liés au mode de vie, tels que le tabagisme, la pollution, les habitudes alimentaires…

Les principaux types d’allergies

On parle de réaction allergique, mais il existe en réalité plusieurs types d’allergies qui n’ont ni les mêmes causes, ni les mêmes effets. Voici quelques explications pour mieux les comprendre et trouver celle(s) qui s’applique(nt) le plus à votre situation.

Allergies saisonnières versus allergies régulières

Il convient, tout d’abord, de distinguer les allergies saisonnières des allergies régulières.

Les allergies saisonnières se déclenchent souvent au printemps lorsque le corps entre dans un processus de nettoyage, de détoxification. L’organisme évacue les toxines accumulées durant l’hiver. 

Dans le même temps, le printemps est propice à l’apparition de certains allergènes, comme le pollen, les graminées ou encore les insectes (et leurs piqûres !)…

Contrairement aux allergies saisonnières, les allergies régulières se déclarent elles toute l’année. Elles découlent d’allergènes présents dans votre environnement immédiat comme les acariens, certains aliments, les poils d’animaux, la poussière, les médicaments, les produits chimiques, la pollution…

Ensuite, peu importe s’il s’agit d’allergies saisonnières ou d’allergies régulières, les allergies sont classifiées en trois catégories :

  • Allergies respiratoires,
  • Allergies cutanées (contact ou piqûres),
  • Allergies alimentaires (ou médicamenteuses).

Les allergies respiratoires

Allergies saisonnières et respiratoires

Dans le cas d’une allergie respiratoire, les allergènes sont inhalés par l’organisme. Les allergènes respiratoires les plus courants sont le pollen, les poils d’animaux, la poussière, les acariens, les moisissures…

Lorsque l’on respire, on inhale de micro-particules en suspension dans l’air qui s’installent dans nos muqueuses. Si, le plus souvent, notre corps ne réagit pas à cette intrusion, chez certaines personnes, cela engendre une réponse immunitaire excessive.

Les symptômes de l’allergie respiratoire peuvent être plus ou moins graves :

  • Nez bouché,
  • Écoulement nasal,
  • Yeux larmoyants,
  • Éternuements,
  • Gorge encombrée,
  • Perte d’odorat,
  • Difficultés respiratoires,
  • Respiration sifflante,
  • Toux sèche,
  • Asthme,
  • Troubles du sommeil, de l’humeur, de la concentration,

Les allergies de contact

Les allergies de contact se manifestent, quant à elles, suite au contact cutané avec un ou plusieurs allergènes : métaux (nickel), cosmétiques ou médicaments sous forme de crème ou de baume, produits détergents, colles, latex, tatouage, piqûre d’insecte…

Différents symptômes peuvent découler d’une allergie cutanée :

  • urticaire,
  • eczéma,
  • œdème de Quincke,

Les allergies alimentaires

Allergies alimentaires

Lorsque l’on ingère un allergène (aliment ou substance chimique), ce dernier peut provoquer une allergie dite alimentaire.

Plusieurs aliments sont connus comme étant des allergènes potentiels comme les cacahuètes et autres fruits à coque, le lait, les œufs, le poisson et les crustacés, certains fruits (kiwi, banane, avocat, agrumes…), le gluten, le soja ou la moutarde.

Les allergies alimentaires ou médicamenteuses peuvent provoquer différents types de symptômes :

  • Cutanés : démangeaisons, rougeurs, urticaire, eczéma, œdème…
  • Respiratoires : asthme, difficultés respiratoires, gonflement de la gorge…
  • Digestifs : nausées, diarrhées, crampes abdominales…

Dans certains cas, ce type d’allergie peut être très grave avec des symptômes systémiques touchant les reins, les poumons, le système cardiovasculaire ou les cellules sanguines, menant parfois au “choc anaphylactique” (chute de la pression sanguine pouvant causer l’arythmie ou la mort).

L’histamine : la principale molécule “coupable” des réactions allergiques

L’histamine est souvent considérée comme la grande coupable des réactions allergiques. Notamment lorsqu’elle est libérée en trop grande quantité.

Lors de la plupart des allergies, la réponse immunitaire face à l’intrusion d’allergènes dans l’organisme se traduit par la production d’anticorps IgE (immunoglobuline E). Généralement ces anticorps, libérés en grande quantité, se fixent sur des mastocytes, des cellules impliquées dans notre immunité, qui libèrent à leur tour l’histamine.

Ce neuromédiateur est une amine naturelle, synthétisée à partir de l’histidine, un acide aminé. L’histamine intervient dans les phénomènes allergiques et inflammatoires dus à son action sur 4 types de récepteurs  des mastocytes : H1, H2, H3 et H4.

Selon le récepteur activé, l’histamine provoque différents types et niveaux de symptômes.

  • Les récepteurs H1 sont présents dans l’ensemble de l’organisme et interviennent dans l’inflammation.
  • Les récepteurs H2 sont surtout présents dans la muqueuse gastrique et sont responsables de l’acidité.

Dans les cas les plus extrême où de grandes quantités d’histamine sont libérées, on parle de “choc anaphylactique”. Ce dernier entraîne une respiration difficile et une chute de la pression artérielle.

Cependant, il faut noter que libérée à faible dose, l’histamine a des effets positifs sur notre organisme, participant à réguler certains processus physiologiques : sécrétion d’acide gastrique, neurotransmission, modulation des réactions inflammatoires et immunologiques… 

C’est bien lorsqu’elle est libérée en trop grande quantité ou de manière excessive que les problèmes s’ensuivent.

Qu’est-ce qu’un antihistaminique “classique” ?

Avant d’expliquer en détails le fonctionnement d’un antihistaminique naturel, il est essentiel de rappeler comment fonctionne un antihistaminique dit “classique”, qui a défaut d’être naturel reste bien souvent très efficace dans la plupart des allergies.

Un antihistaminique est un composé chimique qui bloque les récepteurs d’histamine

Les médicaments antihistaminiques bloquent l’action de l’histamine au niveau des récepteurs H1 ou H2 pour contrer ou réduire les symptômes de l’allergie.

Il existe plusieurs sortes d’antihistaminiques chimiques :

  • Les antihistaminiques anticholinergiques ou H1 de 2ème génération agissent sur les récepteurs H1. Ils permettent de traiter les symptômes des rhinites allergiques saisonnières (rhume des foins, conjonctivite…) ou des dermatoses (piqûres d’insectes, démangeaisons, urticaire…). De plus, grâce à leur effet vasodilatateur, ils réduisent les risques d’œdème.
  • Les antihistaminiques H2 agissent sur les récepteurs H2 pour limiter l’acidité (ulcères de l’estomac et du duodénum, reflux gastro-œsophagien…).

Les antihistaminiques se déclinent sous plusieurs formes. Il s’agit le plus souvent de cachets ou de sprays nasaux.

La plupart des antihistaminiques du marché sont chimiques

Les antihistaminiques du marché sont disponibles majoritairement sous ordonnance en pharmacie.

Cette classe de médicaments se compose principalement de molécules issues d’une synthèse chimique. Leur provenance n’est donc pas naturelle.

Médicaments antihistaminiques, lutte chimique contre les allergies

Certains antihistaminiques chimiques causent des effets secondaires

Ces antihistaminiques chimiques provoquent des effets secondaires plus ou moins graves.

Concernant les antihistaminiques anticholinergiques, la liste d’effets secondaires est longue :

  • Somnolence,
  • Risque de glaucome,
  • Sécheresse buccale,
  • Palpitations,
  • Rétention des urines,
  • Constipation,
  • Dyskinésies faciales,

Les antihistaminiques H1 de seconde génération présentent moins d’effets indésirables et de risques de somnolence. Néanmoins, il n’est pas recommandé de conduire après la prise de ce type de médicament.

Enfin, les antihistaminiques H2 présentent des risques d’altération du microbiote intestinal, comme les antibiotiques. Paradoxalement, ils augmentent aussi le développement de maladies allergiques chez les jeunes enfants (asthme, allergie médicamenteuse, allergie alimentaire, rhinite allergique…).

Qu’est-ce qui fait un bon antihistaminique naturel ?

Avant de nous attarder sur les meilleurs antihistaminiques naturels du marché voici les critères qui font d’une molécule un bon antihistaminique.

Un antihistaminique naturel doit lui aussi bloquer les récepteurs de l’histamine

Tel un antihistaminique chimique, un bon antihistaminique naturel doit forcément bloquer les récepteurs de l’histamine, notamment H1 et H2. Sans cela, il est difficile de qualifier une substance naturelle d’antihistaminique efficace.

Un antihistaminique naturel doit réduire l’inflammation et la réaction excessive du système immunitaire

Les réactions allergiques sont toujours complexes et ne se résument pas qu’à un excès d’histamine. La libération importante d’histamine entraine dans son sillage tout un tas de réactions en chaine dans l’organisme.

Dans l’idéal, un bon antihistaminique naturel possède donc des effets multiples agissant sur les conséquences de l’allergie.

Ainsi, certains d’entre eux agissent comme des régulateurs ou boosters du système immunitaire, des anti-inflammatoires, des antalgiques ou encore des apaisants d’irritation

Un bon antihistaminique naturel doit pouvoir être acheté sans ordonnance et être sans effet secondaire pour l’utilisateur

Un autre atout des antihistaminiques naturels est d’être disponible sans ordonnance en pharmacie ou dans des magasins spécialisés, car ils ne présentent ni risque sur la santé, ni effets secondaires.

Veillez néanmoins à opter pour des antihistaminiques naturels de qualité. Évitez les commandes sur les sites internet généralistes et prêtez une attention particulière à leur provenance.

Notre sélection des meilleurs antihistaminiques naturels

La phycocyanine (substance active de la spiruline) : le meilleur antihistaminique naturel

La phycocyanine, extrait actif de la spiruline, est un antihistaminique et anti-inflammatoire naturel.

La spiruline est une micro-algue d’eau douce, ce qui fait de la phycocyanine un antihistaminique 100% naturel. Néanmoins, il faut prêter attention à son origine et à sa méthode d’extraction et de séchage afin que ses propriétés antihistaminiques soient préservées.

La phycocyanine possède un effet immunomodulateur qui lui permet de réguler les réactions excessives du système immunitaire face aux allergies. Pour ce faire, elle accroît la production d’anticorps IgA (immunoglobulines A) tout en réduisant le taux d’anticorps IgG1 et IgE, anticorps produits en excès lors des réactions allergiques et à l’origine des pics d’histamine.

L’action de la phycocyanine est notamment efficace contre les rhinites (éternuements, congestion nasale, écoulements nasaux…) et les démangeaisons allergiques.

En plus de ses vertus prouvées contre les allergies, la phycocyanine regorge de bienfaits divers pour votre santé :

  • Lutte contre les radicaux libres,
  • Enrichissement du microbiote intestinal,
  • Réduction inflammatoire,
  • Prévention des maladies neuro-dégénératives,
  • Protection du foie,
  • Source de tonus et de vitalité,
  • Boost des performances sportives et de l’endurance (EPO naturel),
  • Facilitation de la récupération sportive,

Retrouvez ici notre phycocyanine liquide Spiruline Bleue, produite et extraite à froid dans notre exploitation pyrénéenne.

Phycocyanine, antihistaminique naturel

Cet antihistaminique naturel, aux résultats prouvés, est en vente sans ordonnance et ne procure pas d’effets secondaires si les doses sont respectées. Seules les personnes souffrant d’hémochromatose, les femmes enceintes et allaitantes et les enfants de moins de 6 ans devraient obtenir un avis médical avant de consommer de la phycocyanine.

La vitamine C : un antihistaminique naturel qui booste votre organisme

La vitamine C agit sur le métabolisme de l’histamine, en dégradant la molécule.

Cet antihistaminique naturel réduit les symptômes allergiques. Au contraire, une carence en vitamine C peut causer des allergies.

En plus de son effet antihistaminique, la vitamine C possède d’autres bienfaits :

  • Boost du tonus et de l’immunité,
  • Anti-inflammatoire,
  • Lutte contre le stress oxydatif,
  • Protection des tissus,
  • Implication dans la transmission nerveuse,
  • Absorption du fer.

La vitamine C se trouve naturellement dans certains fruits et légumes, tels que les agrumes, le kiwi, le cassis, les poivrons ou le persil. On peut également se procurer, sans ordonnance, de la vitamine C en pharmacie ou dans les magasins spécialisés. Il existe plusieurs types de compléments alimentaires Vitamine C sur le marché, tous ne sont pas naturels et leurs biodisponibilités varient. Les vitamines C issues d’Acérola, par exemple, sont naturelles.

Pour une double efficacité, vous pouvez opter pour notre Vitamine C et Spiruline Bleue.

À hautes doses (seuil limite d’innocuité de 2 000 mg / jour), la vitamine C ne présente pas d’effets secondaires particuliers. Au-delà de cette dose maximale, elle peut provoquer des nausées, des diarrhées et déséquilibrer l’activité antioxydante au sein de l’organisme.

La bromélaïne : une enzyme de l’ananas aux vertus antihistaminiques

La bromélaïne est une enzyme présente naturellement dans l’ananas qui permet de réduire la sensibilisation aux réactions allergiques. Elle agit tels un antihistaminique et anti-inflammatoire naturel.

Ananas, antihistaminique naturel

Ne vous privez donc pas de faire une bonne cure d’ananas !

Les probiotiques : les alliés de notre flore intestinale sont également des antihistaminiques naturels

Les probiotiques favorisent le bon équilibre du microbiote intestinal, ce qui leur permet de renforcer le système immunitaire et de lutter contre les allergies.

Ils peuvent notamment être recommandés aux femmes enceintes et allaitantes ou suite à un traitement antibiotique pour repeupler la flore intestinale de bonnes bactéries.

Les probiotiques modulent le processus immunitaire et possèdent des effets anti-microbiens. Ils permettent notamment de prévenir et de traiter les diarrhées et la constipation, de soulager le syndrome du côlon irritable, de prévenir les infections nosocomiales et d’autres types d’infections (vaginales, Helicobacter pylori…).

Les probiotiques se trouvent naturellement dans les produits laitiers et les légumes lacto-fermentés ou la levure de bière.

Vous pouvez également vous en procurer sous forme de compléments alimentaires en pharmacie ou en magasins spécialisés.

Sans danger apparent pour les sujets sains, il convient de demander un avis médical lorsque l’on souffre d’une maladie diminuant l’immunité (VIH, lymphome…). La consommation de probiotiques a toutefois tendance, dans certains cas, à provoquer temporairement des gaz intestinaux, une légère irritation intestinale ou des ballonnements.

Les pétasites : des plantes herbacées intéressantes pour leurs vertus antihistaminiques

Les pétasites sont des plantes herbacées qui poussent en Europe, en Asie du Nord et dans certaines régions d’Amérique du Nord.

Elles possèdent des vertus antihistaminiques intéressantes notamment pour lutter contre les rhinites allergiques, le rhume de foins et l’asthme. Elles aident également à réduire les crampes d’estomac et les migraines.

Vous pouvez les consommer sous forme d’infusions ou de comprimés, disponibles en vente libre en pharmacie et en magasins spécialisés.

La quercétine : un antioxydant puissant pouvant être utilisé comme antihistaminique naturel

La quercétine est un antihistaminique et antioxydant naturel. Elle contribue à améliorer la réponse immunitaire lors d’allergies en réduisant la libération d’histamine, le processus inflammatoire (diminution des cytokines pro-inflammatoires incriminées), la formation d’anticorps IgE et la production d’enzymes spécifiques. Elle permet ainsi de limiter les symptômes allergiques, notamment l’asthme allergique.

Son action antioxydante contribue au piégeage des radicaux libres.

Appartenant à la famille des flavonoïdes, on la retrouve naturellement dans les oignons, les câpres, le thé, certains fruits (pomme, raisin), légumes (brocoli, poivron jaune), herbes aromatiques et plantes (moringa, ginkgo biloba, sophora japonica, millepertuis ou livèche…).

Vous pouvez aussi vous en procurer sous forme de complément alimentaire en pharmacie ou dans les magasins spécialisés, sans ordonnance.

La quercétine peut être associée à la vitamine C pour une meilleure absorption et un effet antihistaminique décuplé.

Quelles sont les autres façons de diminuer les réactions allergiques naturellement ?

La prise de compléments alimentaires n’est évidemment qu’une facette de la lutte contre les allergies. Voici d’autres moyens de diminuer vos réactions allergiques naturellement sans prendre de compléments.

Éviter les allergènes : une solution radicale qui peut vous éviter de nombreux désagréments

S’il existe un terrain atopique certain chez les personnes allergiques, l’environnement et le mode de vie sont également des facteurs possiblement déclenchants ou aggravants (pollution, changements climatiques, excès d’hygiène, tabagisme…).

On vous liste ici tous nos conseils pour éviter au maximum de vous confronter aux allergènes :

Astuces pour éviter les allergies respiratoires

  • Aérer au maximum son intérieur, de préférence tôt le matin, tard le soir ou après une averse, quand il y a moins de pollens et de pollution
  • Éviter les sprays assainissants, hautement allergisants, notamment ceux à base d’huiles essentielles
  • Privilégier les produits ménagers naturels (savons de Marseille, vinaigre blanc…)
  • Supprimer le tabagisme passif et actif
  • Ne pas utiliser d’encens
  • Faire occasionnellement des lavages de nez avec un spray salin
  • Limiter la température de son intérieur à 20° maximum
  • Réguler l’humidité de son intérieur à maximum 70-80%
  • S’informer sur le risque pollinique dans sa région

Moyens d’éviter les allergies aux acariens

  • Aspirer les sols, les moquettes et les matelas minimum 2 fois par mois
  • Préférer les revêtements durs (carrelage, parquet, sols vitrifiés…) aux tapis et moquettes
  • Opter pour des sommiers à lattes et une literie anti-acarien
  • Laver les draps à 60°, si possible une fois par semaine
  • Privilégier les oreillers et couettes en matière synthétique
  • Laver de temps à autre les textiles et rideaux

Astuces anti-allergies au pollen

  • Porter des lunettes
  • Se laver les cheveux régulièrement
  • Éviter de rouler en voiture la fenêtre ouverte
  • Éviter les balades et activités en plein air au printemps
  • Éviter le jardinage et la tonte de la pelouse (ou porter un masque)

Eviter les allergies aux moisissures

  • Vérifier régulièrement la VMC de la salle de bain et la hotte de la cuisine
  • Nettoyer les tâches de moisissure dès que vous en voyez une
  • Limiter le nombre de plantes en pot. Certaines plantes sont des nids à allergènes (yucca, palmier nain, lierre, ficus, caoutchoucs), car elles favorisent le développement de moisissures
  • Surveiller les infiltrations d’eau, propices au développement de moisissures

Astuces anti-allergies aux animaux

  • Interdire l’accès aux animaux domestiques à la chambre à coucher
  • Passer un gant humide sur leurs poils très régulièrement (possiblement tous les jours)

Allergie aux blattes et cafards

  • Faire appel à un désinsectiseur professionnel

Diminuer les allergies alimentaires

  • Allaiter les nourrissons
  • Retarder l’introduction d’aliments solides dans le régime des bébés à 6 mois ou plus
  •  Repousser au plus tard l’introduction des aliments allergisants dans l’alimentation des jeunes enfants
  • Respecter à la lettre le régime alimentaire préconisé par l’allergologue

Eviter les allergies cutanées

  • Utiliser de préférence des savons, shampoings et autres cosmétiques naturels et sans huiles essentielles
  • Utiliser des lessives à base de produits naturels comme le savon de Marseille

La désensibilisation progressive : parfois efficace pour se débarrasser naturellement des allergies

Le traitement de l’allergie repose majoritairement sur la prise d’antihistaminiques et l’éviction de l’allergène.

Cependant, il existe aussi une autre solution : la désensibilisation progressive.

Les types d’allergies candidates pour la désensibilisation

Toutes les allergies ne peuvent pas faire l’objet d’une désensibilisation. Seules les allergies respiratoires (acariens, pollens, poils d’animaux, moisissures) et au venin de guêpes et d’abeilles peuvent se traiter grâce à la désensibilisation. L’allergie doit être invalidante avec des symptômes sévères et qui durent.

La désensibilisation allergique ne convient pas à toutes les allergies, ni à tout le monde. En effet, les personnes immunodéprimées, atteintes d’un cancer ou d’une maladie dégénérative, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes et les personnes âgées ne peuvent en bénéficier.

Lorsque les causes d’allergie sont multiples, la désensibilisation est également contre-indiquée.

Le fonctionnement de la désensibilisation

La désensibilisation progressive est une immunothérapie. Elle consiste en une sorte de traitement vaccinal des allergies avec l’administration régulière d’extraits allergéniques pendant 3 à 5 ans afin de réduire progressivement la réponse immunitaire.

Dans la plupart des cas, le patient peut s’administrer seul à la maison la dose allergisante par voie sublinguale, excepté dans le cas d’allergies aux hyménoptères (venins guêpes et abeilles) qui nécessitent une désensibilisation par injections sous-cutanées.

La désensibilisation n’est pas exempte d’effets secondaires, bien qu’ils restent minimes. Le corps exposé à l’allergène peut réagir, le plus souvent en début de traitement : démangeaisons localisées, sensation de brûlure des lèvres, gonflement de la langue…

Si la désensibilisation constitue une bonne solution pour les personnes souffrant d’allergies régulières, elle ne convient pas à tous, ni à toutes les situations. En effet, il ne s’agit pas d’un traitement miracle. Bien qu’elle vous donne quelques années de répit, son effet ne dure pas à vie !

Conclusion

Les symptômes allergiques sont souvent pénibles et parfois graves. C’est pourquoi il est important de rapidement trouver une solution de traitement lorsque l’on déclare une allergie.

Si les médicaments antihistaminiques chimiques et l’éviction des allergènes restent les façons les plus communes de traiter les allergies, il existe aussi des solutions naturelles comme la Phycocyanine, la Vitamine C ou encore les Pétasites qui sont efficaces et méritent d’être testées lors des allergies les moins sévères.

La désensibilisation progressive montre également parfois des résultats efficaces. Malheureusement, elle ne convient pas à toutes les allergies, ni à tous. De plus, le traitement dure entre 3 et 5 ans et ne donne que quelques années de répit.

En cas d’allergie grave, il est impératif de demander conseil à votre médecin avant d’opter pour une solution naturelle quelle qu’elle soit. Chaque allergie est unique et le tout-naturel comme le tout-chimique ne sont pas toujours la solution à votre problèmeIl est tout à fait possible que le traitement de vos allergies repose sur une combinaison de médicaments chimiques et de compléments naturels.


En savoir +

Inscrivez vous à la Newsletter pour ne rien rater sur nos produits et nos conseils pour améliorer votre bien-être et vos performances. 

PS : Une offre vous attend !


Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Découvrez plus d’articles

Régime cétogène pour perdre du poids : efficace ?

Régime cétogène (keto) : efficace pour perdre du poids ?

Le régime cétogène, ou keto, connaît un franc succès ces dernières années, notamment auprès des sportifs et des personnes désireuses de perdre
Lire la suite
Jeûne intermittent : la méthode 16/8

Jeûne intermittent 16/8 : ce que vous devez savoir

À une époque où il n’a jamais été aussi facile de s’alimenter 24h/24, la popularité du jeûne intermittent ne cesse de
Lire la suite
Petits-déjeuners riches en fer : 10 recettes à essayer

Petit-déjeuner riche en fer : 10 recettes à essayer

Le fer est un oligoélément essentiel pour la santé et le bien-être, car il favorise la fabrication des globules rouges et le transport
Lire la suite