Skip to content

Oxygénation du cerveau : comment l’améliorer naturellement ?

🕐 : 8 minutes

Sommaire

Table des contenus

Points clés

  • Toutes les cellules de notre corps ont besoin d’oxygène (O2) pour rester en vie et fonctionner.
  • Le cerveau est l’organe le plus consommateur d’oxygène de notre corps. À lui seul, il utilise 20% de la totalité de l’oxygène présent dans l’organisme.
  • Quand le cerveau manque d’oxygène, on parle d’hypoxie cérébrale.
  • Les symptômes sont plus ou moins graves dépendant de la durée et du degré du déficit en oxygène.
  • Une bonne hygiène de vie sans stress, avec une alimentation saine, la pratique de sport régulière, une respiration adéquate améliore naturellement l’oxygénation du cerveau.
  • Des compléments alimentaires comme la phycocyanine et le ginkgo biloba favorisent aussi l’oxygénation du cerveau, en agissant notamment sur la circulation sanguine.

 

Toutes les cellules de notre corps, notamment celles des tissus cérébraux, se nourrissent d’oxygène (O2).

On parle d’hypoxie pour décrire un déficit d’apport en oxygène dans les tissus de l’organisme. Elle ne doit pas être confondue avec l’anoxie, encore plus grave, qui correspond à l’absence d’oxygène dans nos cellules. Plusieurs facteurs peuvent causer ce trouble.

Le cerveau est l’organe le plus consommateur d’oxygène. Quand le cerveau vient à en manquer, les symptômes sont plus ou moins graves, parfois même irréversibles.

Dans cet article, nous vous expliquons le pourquoi du comment de l’oxygénation du cerveau, mais aussi comment l’améliorer naturellement.

 

L’oxygène : un rôle vital pour tout le corps humain, dont le cerveau

 

Tester l'oxyngénation des cellules, du sang et du cerveau

 

L’oxygène est essentiel à l’activité cellulaire de votre corps

Lors d’un apport trop faible en oxygène par rapport aux besoins de nos cellules, on parle d’hypoxie. Il existe différents types d’hypoxie : 

  • Tissulaire,
  • Cérébrale : oxygénation insuffisante du cerveau,
  • Fœtale : déficit d’oxygène chez le fœtus.

Dans tous les cas, il est primordial de rétablir rapidement un taux d’oxygène suffisant pour éviter des conséquences, parfois lourdes et irréversibles. En effet, l’oxygène est essentiel pour que nos cellules vivent et exercent leurs activités normalement. L’apport en oxygène participe également à l’activité des mitochondries, indispensables à la synthèse des nutriments en énergie.

Quotidiennement, notre organisme a besoin d’environ 400 litres d’oxygène. C’est l’hémoglobine, contenue dans les globules rouges, qui se charge de véhiculer l’oxygène dans l’ensemble du corps pour alimenter les différents tissus. 

Le cerveau est l’organe le plus dépendant de cet apport en oxygène. 20% de la quantité globale de l’oxygène présent dans l’organisme sont destinés à cet organe.

Lors des déficiences en apport d’oxygène, votre cerveau va mettre votre corps “en veille”

L’activité cellulaire est nécessaire au bon fonctionnement et à la bonne santé de notre organisme. Elle dépend de l’apport en oxygène dans le sang.

C’est pourquoi une mauvaise oxygénation provoque une mise en veille par le cerveau qui ne pourra plus ordonner correctement quoi faire au reste de votre corps.

Les conséquences de l’hypoxie peuvent être lourdes et parfois même vitales. Néanmoins, les troubles ne sont pas toujours aussi sévères. Il peut s’agir d’un engourdissement et/ou d’un brouillard général, d’étourdissements, d’un ralentissement des capacités cognitives, mais aussi de malaises vagaux, de chocs de chaleur ou d’évanouissements.

Des signes comme la modification de la parole, des mouvements du visage, de la mobilité du corps, des difficultés de mémorisation et de prise de décision peuvent vous mettre la puce à l’oreille.

Un cerveau ne peut vivre que 5 à 10 minutes sans oxygène

Quand les cellules sont privées d’oxygène plus de 5 minutes, à température ambiante, elles commencent à mourir. Réduire la température peut éventuellement prolonger les chances de survie de ces dernières. Néanmoins, les conséquences peuvent être graves.

Au-delà de 10 minutes, les lésions sont souvent irréversibles.

On appelle infarctus cérébral ce processus de mort des cellules du cerveau.

 

Quels sont les symptômes d’un manque d’oxygène dans le cerveau ?

Les symptômes de l’hypoxie cérébrale peuvent être plus ou moins graves, selon la durée et le degrée de réduction d’apport en oxygène :

  • Troubles cognitifs : concentration, élocution…
  • Troubles moteurs,
  • Maux de tête brutaux,
  • Hallucinations,
  • Perte de connaissance,
  • Crise d’épilepsie,

Lorsque l’hypoxie est rapidement prise en charge, les séquelles peuvent être limitées.

Des difficultés à se concentrer : un symptôme récurrent d’un manque d’oxygénation du cerveau

Parmi les symptômes les plus courants de l’hypoxie, on compte un certain nombre de troubles cognitifs comme la difficulté à se concentrer et à mémoriser, mais aussi des problèmes d’élocution.

Toutes les parties du cerveau ne sont pas équitablement sensibles à la privation d’oxygène. Les neurones de l’hippocampe et du cortex préfrontal y sont particulièrement sensibles. C’est pourquoi, lors d’une hypoxie marquée, on observe des troubles de la mémoire, de l’attention, de vigilance, du sommeil, d’appétit, mais aussi psychoactifs. Elle favorise également la baisse des performances intellectuelles, des troubles de la motricité et de l’asthénie.

Des maux de tête et étourdissements : des symptômes qui doivent mettre la puce à l’oreille

 

Hypoxie cérébrale : des symptômes plus ou moins graves

 

Les étourdissements et les maux de tête soudains, brutaux ou étranges sont aussi des signes d’un manque d’oxygénation dans le cerveau.

Des incohérences, paralysies et évanouissements : les symptômes graves d’un manque d’oxygénation avancé du cerveau

Dans les pires cas, un apport trop faible en oxygène peut entraîner : 

  • Des hallucinations,
  • Des incohérences,
  • La perte de conscience,
  • Des crises d’épilepsie
  • De l’amnésie : une hypoxie cérébrale sévère peut même causer une amnésie permanente.

 

Quelles sont les causes du manque d’oxygénation du cerveau ?

Ce trouble peut découler de causes diverses, il peut s’agir d’hypoxie : 

  • Hypoxémique : baisse de la pression partielle de l’oxygène,
  • Anémique : liée à une diminution du taux d’hémoglobine ou des globules rouges,
  • Circulatoire : problème de débit sanguin,
  • Cytotoxique : impossibilité des cellules à utiliser l’oxygène à cause de la modification des enzymes respiratoires,
  • Histotoxique : incapacité des tissus à utiliser l’oxygène pourtant disponible (tabac, à alcool, ou drogue).

Il découle parfois de causes, tout à fait, triviales : fatigue, chaleur excessive, émotion forte, position debout prolongée, vieillesse…

Une respiration inadéquate : la cause fréquente du manque d’oxygénation du cerveau lors d’évènements stressants

L’une des raisons majeures d’une mauvaise oxygénation réside dans l’inadéquation de la respiration.

Quand on respire mal, notamment lors d’un événement stressant ou d’une émotion forte, notre souffle est coupé, nous inspirons et expirons difficilement. Cette modulation de la respiration ne permet donc pas d’inhaler suffisamment d’oxygène pour l’organisme.

Certaines maladies qui provoquent des défaillances de la fonction respiratoire comme les infections pulmonaires, les traumatismes thoraciques ou les maladies neurologiques du bulbe rachidien empêchent également de respirer normalement. Elles peuvent provoquer un déficit de l’apport en oxygène dans les tissus et le cerveau.

 

Difficultés respiratoires et hypoxie cérébrale

 

Des problèmes de circulation sanguine : l’oxygénation du cerveau passe par le sang

C’est grâce à l’hémoglobine, contenue dans les globules rouges, que l’oxygène est véhiculé dans tous les tissus et organes de notre organisme.

Quand on présente des troubles de la circulation sanguine, on risque davantage de souffrir d’un manque d’oxygénation du cerveau et des autres tissus. On parle, dans ce cas, d’hypoxie circulatoire.

Des maladies comme l’anémie ou la thalassémie (perturbation de la fabrication d’une des chaînes d’acides aminés qui forment l’hémoglobine) réduisent le transport en oxygène par les globules rouges.

L’hypotension artérielle, elle, diminue la pression sanguine, ce qui empêche la bonne irrigation des tissus éloignés du cœur, notamment des tissus cérébraux. En cas de problèmes cardiaques, le pompage diminue, ce qui peut provoquer une hypoxie cérébrale. Enfin, les AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) perturbent la circulation sanguine et peuvent réduire l’apport en oxygène du cerveau, à cause soit d’une artère cérébrale bouchée, soit de la rupture d’une partie des vaisseaux sanguins cérébraux.

Lors d’une intoxication au monoxyde de carbone, le gaz remplace l’oxygène au sein de l’hémoglobine, ce qui provoque une privation en oxygène ou asphyxie. 

Une mauvaise alimentation : certains nutriments sont à ne pas négliger pour oxygéner votre cerveau

Lorsque l’alimentation n’est pas suffisamment équilibrée et variée, votre organisme souffre de carences.

Les déficits en oméga 3, en fer et en vitamine B12, par exemple, peuvent provoquer des troubles sanguins. 

En effet, des carences en hémoglobine et en ferritine entraînent l’anémie et l’hypoxie. La vitamine B12, elle, est essentielle à la production de globules rouges qui assurent le transport d’oxygène vers les cellules.

De par leur régime alimentaire particulier, les végans et végétariens sont davantage sujets aux carences en fer héminique et en vitamine B12. Si nécessaire, il convient de se supplémenter afin d’éviter les problèmes d’oxygénation du cerveau.

L’altitude : s’oxygéner peut parfois être complexe en haute-montagne

En altitude, surtout à partir de 2 500 mètres, l’oxygène se fait plus rare, ce qui entraîne une diminution de l’apport en oxygène. On parle alors de mal de l’altitude ou d’hypoxie d’altitude

Certaines pratiques sportives comme l’alpinisme et l’andinisme ne sont pas adaptées à tous. Il convient de passer un test d’effort à l’hypoxie au préalable pour évaluer la capacité de son organisme à s’adapter au manque d’oxygène.

Lors des voyages en avion, la pression est maintenue à l’identique qu’au niveau de la mer. La pressurisation des cabines permet aux passagers de respirer normalement malgré l’altitude.

 

Quels sont les moyens naturels d’améliorer l’oxygénation de son cerveau ?

Les plantes et suppléments naturels favorisant l’oxygénation du cerveau

La phycocyanine : une substance naturelle antioxydante pour oxygéner votre cerveau

 

Phycocyanine, un complément naturel pour améliorer l'oxygénation cérébrale

 

La phycocyanine est le principe actif de la micro-algue appelée spiruline. On ne vantera jamais assez les bienfaits de la phycocyanine sur votre santé, vos performances et votre bien-être.

Cette molécule favorise la bonne oxygénation de votre sang et de vos cellules et donc du cerveau.

En raison de sa structure moléculaire quasi-identique à l’EPO (érythropoïétine), elle stimule la production des globules rouges. Ainsi, elle contribue au transport de l’oxygène dans le sang.

De plus, ses propriétés antioxydantes lui permettent de protéger les globules rouges et les globules blancs du stress oxydatif

Notre Spiruline Bleue est donc votre meilleure alliée pour assurer la bonne oxygénation de votre cerveau. Elle aide chacune de vos cellules à respirer et ainsi à se renouveler sans heurts.

 

Le ginkgo biloba : une plante naturelle qui peut également oxygéner votre corps

 

Ginkgo Biloba, un allié pour améliorer naturellement l'oxygénation du cerveau

 

Riche en phytonutriments spécifiques, les ginkgolides, le ginkgo biloba favorise le flux sanguin vers le cerveau et l’oxygénation cérébrale en stimulant la production de la prostacycline, utile pour dilater les vaisseaux sanguins qui irriguent le cerveau. Cette plante contribue à diminuer l’agrégation des plaquettes, ce qui facilite aussi la circulation sanguine. 

De plus, son action antioxydante protège les globules rouges, les globules blancs, mais aussi les cellules nerveuses.

 

Les changements de style de vie à considérer pour que votre cerveau soit plus facilement oxygéné

Adopter une alimentation riche en oméga 3 et en vitamine B12 : essentiels pour retrouver de la vitalité mentale

Certains aliments sont indispensables à la bonne oxygénation cérébrale et tissulaire, car ils protègent votre circulation sanguine. En effet, les problèmes circulatoires sont propices au déficit de l’apport en oxygène. Stimuler sa circulation sanguine participe donc à réduire les risques d’hypoxie cérébrale.

C’est le cas, par exemple, des aliments riches en flavonoïdes, tels que le chocolat, le thé, la pomme, le raisin, le vin ou le sarrasin. 

Les oméga 3 contribuent à fluidifier le sang. Il est ainsi intéressant de consommer régulièrement des poissons gras, tels que le thon, le saumon, les sardines, les maquereaux, mais aussi certaines huiles végétales notamment de colza et de caméline.

Une carence en fer et/ou en vitamine B12 favorise l’anémie. Il est donc recommandé de consommer des aliments riches en fer et en vitamine B12 afin de maintenir des taux normaux d’hémoglobine et la bonne oxygénation de votre cerveau.

Le sport : un indispensable pour votre corps comme pour votre cerveau

Une activité sportive régulière et modérée est essentielle pour se maintenir en forme.

Le sport contribue notamment à la bonne santé de votre cerveau grâce à sa double action : 

  • sur le débit cardiaque et le flux sanguin,
  • et sur la fréquence respiratoire et les niveaux d’oxygénation dans le sang.

Si vous ne souhaitez pas aller à la salle ou courir, ne loupez aucune occasion de vous déplacer à pied pour vous rendre au travail, déposer vos enfants à l’école, faire vos courses… De manière générale, la marche et la course stimulent la circulation sanguine et favorisent les échanges gazeux (O2 <> CO2).

Vous pouvez également opter pour des sports axés sur la respiration comme la méditation et le yoga. Ces derniers permettent d’exercer votre capacité pulmonaire et de soutenir l’oxygénation cérébrale.

Réduire vos niveaux de stress et d’anxiété : un moyen efficace d’améliorer respiration et circulation sanguine

Le stress, l’anxiété et les émotions fortes nuisent à la respiration. Heureusement, il existe des moyens de réduire naturellement son niveau de stress : pratique sportive (marche, yoga), méditation, exercices de respiration.

Pensez à vous aérer, à vous promener dans la nature.

Respirez en conscience, avec des inspirations et expirations profondes, pendant au moins 5 minutes par jour. Cet exercice contribue à acheminer l’oxygène dans les zones stratégiques des poumons. Concentrez-vous sur vos sensations quand l’oxygène pénètre dans votre corps.

La respiration est primordiale pour assurer un apport correct en oxygène, mais elle joue également un rôle essentiel dans la circulation sanguine. Ainsi, en prêtant attention à votre respiration, vous minimiser les risques d’hypoxie.

Conclusion

Notre cerveau, comme le reste de nos cellules corporelles, a besoin d’un apport constant en oxygène pour se maintenir en forme et fonctionner. Des déficits ou privations d’oxygène peuvent ainsi provoquer des troubles légers à sévères, voire conduire à la mort.

Les causes de l’hypoxie cérébrale sont multiples. Si toutes ne sont pas maîtrisables, l’adoption d’une hygiène de vie et d’une alimentation saine permet de réduire les risques.

Aussi, certains compléments, tels que le phycocyanine et la ginkgo biloba, favorisent la circulation sanguine et l’oxygénation du cerveau.

Découvrez notre phycocyanine

Bien-être

Renforcer son système immunitaire et garder du tonus

Spiruline Bleue

2000 mg/l
Découvrir

Récupération

Atténuer les crampes ou se remettre d'une fatigue intense

Spiruline Bleue +

6000 mg/l
Découvrir

Résistance

Préparer aux épreuves sportives et augmenter sa résistance physique

L'Ultra

12 000 mg/l
Découvrir

Découvrez plus d’articles

Régime cétogène pour perdre du poids : efficace ?

Régime cétogène (keto) : efficace pour perdre du poids ?

Le régime cétogène, ou keto, connaît un franc succès ces dernières années, notamment auprès des sportifs et des personnes désireuses de perdre
Lire la suite
Jeûne intermittent : la méthode 16/8

Jeûne intermittent 16/8 : ce que vous devez savoir

À une époque où il n’a jamais été aussi facile de s’alimenter 24h/24, la popularité du jeûne intermittent ne cesse de
Lire la suite
Petits-déjeuners riches en fer : 10 recettes à essayer

Petit-déjeuner riche en fer : 10 recettes à essayer

Le fer est un oligoélément essentiel pour la santé et le bien-être, car il favorise la fabrication des globules rouges et le transport
Lire la suite

OFFRE DU MOMENT

DU 17 AU 23 JUILLET

- 15% sur votre commande🎁

dès 3 produits achetés* 

*Réduction automatique lors de l’ajout des produits au panier